• BiS : STUPiG

    Ahhh… AVEX tracks, cette usine à daubes sonores a fait subir à nos oreilles d’atroces souffrances de 2000 à 2005, avec des titres de variété “dance” bien bourrins.

    A part quelques titres d’Every Little Thing repris au karaoké par des nostalgiques, il ne reste rien de cette époque et c’est tant mieux. C’est un peu comme les tubes de l’été de TF1 : tout le monde a connu, tout le monde a fredonné, mais c’est tellement ringard de nos jours, que plus personne n’assume avoir été dans ce trip.

    De toute manière, AVEX aussi a tourné la page. S’il reste une référence dans sa niche, il lorgne depuis bien longtemps sur les niches de ses concurrents : Rock visualeux et idol pop pédophilisante.

    Ici, il fait d’une pierre deux coups.

    il récupère un groupe d’idoles indies déjà connu pour ses dérives et son gout pour la provoc.

    Il y intègre des morceaux ratés (pléonasme?) de Dir en Grey et de Gackt.

    Il manquait encore quelque chose pour créer une niche unique, alors le producteur a pensé à rajouter un bout de l’album Thunderdome de 1993 trouvé dans un tiroir poussiéreux...

    Et voilà la nouvelle niche made in Avex ! De la techno hardcore des années 90, du visuel et de l’idol-pop pédophilisante !

    Voilà où en est réduit Avex.

    « Gôriki Ayana : Tomodachiyori DaijinahitoKyôchirô, la star du net. »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :