• (嫌)韓流 Les Coréens s'imposent

    Déjà plus de 10 ans de déferlante coréenne sur le marché des idoles de l'archipel. Cours de coréen qui ne désemplissent pas, rayon "vague coréenne" s'imposant dans toutes les grandes librairies, hauts des charts fréquemment squattés par les artistes coréens, dramas coréens quotidiens à la télé japonaise, et tournées nationales qui affichent rapidement complet... On ne voit plus la fin de ce boom culturel.

    Pourtant, malgré l'engouement de la jeunesse, cette vague coréenne ne fait pas plaisir à tout le monde. Déjà, la population n'est pas particulièrement pro-coréenne, et quand on gratte un peu, on a vite fait de découvrir une certaine animosité entre les 2 communautés. Parfois, il me suffit de placer une petite perche dans une conversation, du genre "il y a beaucoup de Coréens à la télé, vous ne trouvez pas ?", pour ranimer un agacement bien mal dissimulé chez mes interlocuteurs japonais. Généralement, chez les trentenaires et plus, les mots ne sont pas tendres envers le Kanryû (vague coréenne). Parfois, le mot "chongchong" réapparait, sorte de "bougnoule" appliqué au Coréen. Le terme est on ne peut plus péjoratif mais lorsque je réussis à le placer dans une conversation, il ne choque personne. L'image du Coréen "chongchong" est assez ancrée dans les mentalités et il existe apparemment un boycott silencieux du phénomène "kanryû" qui consiste à zapper les affreux chongchong, ne pas parler d'eux et ignorer leurs événements...

    Au sein même de l'industrie du disque, ça ne doit pas non plus être la fête. Le secteur boysband girlsband voulu "sexy" est complètement monopolisé par les Coréens. Il n'y a aucune concurrence. Il existe pourtant une floppée de groupes au Japon, mais ceux-ci ont des concepts assez différents. Au Japon, on distingue "cute" et "sexy". On retrouve chez les idoles japonaises, la candeur, la pureté et l'innocence... ça danse... pas toujours juste... on reste dans le mignon puéril. Regardez un clip des Morning Musume pour vous en convaincre. C'est la pagaille. Alors, lorsque les idoles coréennes débarquent avec des chorégraphies indécentes, un packaging offensif alliant le talent des meilleurs chirurgiens esthétiques du monde, des clips américanisés aux effets spéciaux stroboscopiques, ainsi que des belles et longues gambettes et de petits biscotos, les petites japonaises courtes sur pattes et les johnny's n'ont plus qu'à aller se rhabiller. La Corée apporte là un produit fini que le Japon ne sait pas encore copier, ou mal. (Quand ils tentent, cela donne des trucs risibles comme ça, qui ne font que donner du contenu au Tribunal Jpop. Suivez le lien. http://www.youtube.com/watch?v=Tz0ufDSkD0M&feature=related )

    Alors, cet été, voilà ce que le Japon a dû subir en terme de singles KR :

     Rainbow : A

     Il va sans dire que les jeunes hommes japonais ont eu une montée d'hormones et sont prêts à mettre la main au porte monnaie.

     

    Daikokudanji : Love Parade.

     Déjà présentés ici. Ce groupe de tapettes est parfaitement adapté à la clientèle japonaise qui les aime pas mûrs, imberbes et vêtus de costumes de mauvais goût. C'est ce qui ressemble de plus aux Johnny's.

     

    AFTER SCHOOL : Bang !  (attention, 1m30 d'intro inutile à base de majorette. ils sont gonflés)

     

    2PM : I'm your man

     Rien de plus énervant que les belles gueules de fils à papa qui font les durs. Clip probablement sponsorisé par Garnier ou bien les chevaliers du Zodiaque vu les couleurs des cheveux des gars...

    Secret : Madonna

     Ils ne veulent pas de noirs mais veulent faire de la musique noire sans noirs. C'est pitoyable. On ne danse pas comme ça quand on a des pattes de poulets et un cul plat.

     

    Tôhôshinki : Superstar (teaser)

     En quelque sorte les ainés qui ont entrainé les autres. Musicalement, c'est vide.

     

    KARA : gogo summer (40 secondes d'intro.)

     Ces couleurs, cette niaiserie, cet air idiot... je mets le FAMAS sur trepied en mode rafale de trois, et je fais feu à volonté. C'est sans doute le clip le plus intolérable de l'été.

     

    SHINee : Replay - bokuno everything

    http://www.youtube.com/watch?v=Ld95rZy27hI

    Ce sont les challengers de Tôhôshinki, fraîchement débarqués sur l'archipel.

     

    et le meilleur pour la fin :

    Super Junior : BONAMANA

     Alors, eux, ils ont tout gagné. Leur clip fait penser à du Arashi ou Lead. Les jeux de lumière, les gesticulations, le rythme, les voix trafiquées, les paroles qui font rire (tattaratta tattaratta...pichupichu...) Ils ont gagné un aller simple direct pour le goulag du Tribunal Jpop.

    Le plus surprenant dans ce groupe, c'est qu'il y a un danseur en surpoids. Le gars est aussi gros que Loulou de Jpoptrash. A un moment donné, je me suis dit, c'est pas possible. ça doit être un effet d'optique. Mais non, le bide qui déborde de profil, le double menton.... C'est Kartman de South Park reconverti dans la danse de tapettes !

     

    « Shôwajidai reprend ShôjojidaiGolden Bomber : Memeshikute »

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Eled.
    Samedi 24 Septembre 2011 à 18:52

    Pour Rainbow A, pour le coup, je peux difficilement leur en vouloir, aux jeunes japonais :D

    2
    Mardi 27 Septembre 2011 à 08:24
    meganekun

    D'un ami coréen lui-même : la vague coréenne tue la culture partout où elle passe.
    Je ne vois pas comment mieux résumer la situation.

    Définitivement tournée vers sa conquête de l'étranger, la K-Pop se veut agressive et sexy mais enchaîne les désastres. C'est, comme tu l'indiques, la grosse différence avec une J-Pop tournée vers son petit jardin national et sillonnant inlassablement les mêmes clichés, 'cutie' ou 'pedo-pop' selon qu'on y soit sensible ou non.

    Alors oui, la K-Pop se vend bien mais on sent que c'est déjà ringard, qu'il n'y a même pas besoin d'attendre 10 ans pour que ça tombe dans le ridicule.

    Ca copie (parfois bien mais souvent maladroitement) des modèles occidentaux, à tel point que j'ai du mal à comprendre ce qui attire les jeunes français (ils ont quand même rempli le Zénith ces cons) là-dedans. Là où la J-Pop, même merdique, offrait une alternative (au moins) dans ses codes marketing, la K-Pop singe sans honte ni imagination.

    C'est peut-être l'effet : 'Wouah le Japon c'est trop banal maintenant alors je me tourne vers la Corée moi!'.
    Tant mieux pour les profs de coréen et les vendeurs de bibimbap.

    Mais d'ailleurs, QUI achète ces merdes au Japon?

    Que quelqu'un tienne une liste et qu'on les tonde à la libération!

    Meganekun, écoute SNSD en cachette.

    3
    Zhang Profil de Zhang
    Mardi 27 Septembre 2011 à 09:39

    Vendredi, je me suis retrouvé face au boysband Daikokudanji par le plus grand des hasards, et j'ai pu voir le profil des fans. Je peux donc te dire qui achète. Ce sont des gamines hystériques, sans culture musicale, sans culture générale. De la chair à canon pour mon famas.

    La raison du succès de la kpop, c'est le pack son-lumière-sexy. Mais quand on regarde objectivement la discographie de chacun de ces groupes, on voit qu'il n'y a aucune cohérence. Chaque single pompe dans ce qui marche et on voit que tout ça ne sert qu'à engranger du pognon à court terme. Musicalement, c'est vide.

    Au Japon, il y a aussi le problème des complexes physiques. Dans le miroir, ils se voient comme des occidentaux, mais la réalité est bien différente. Ils sont frustrés par leurs genoux cagneux, leurs fesses carrées, leurs cheveux noirs, leur manque de poitrine et leur bride qui leur rappelle qu'ils ne sont pas occidentaux... Tu te rends compte que des mots comme hitoe et futae, qui décrivent des types de brides, sont des mots à assimiler dès 6 ans pour le Kanken. Ca leur tient à coeur cette histoire de forme de la bride. J'en ai entendu une qui se rassurait de ne pas avoir de hitoe dans sa famille. Trop la honte d'avoir la bride mongolique.

    Ils arrêtent pas de me dire que les Coréens sont affreux, mais quand je vois une Coréenne dans un groupe de Japonais, je vois tout de suite qu'elle est plus élancée et qu'elle a unee rangée de dents régulière...

    En fait, les Japonaises trippent sur les girlsbands coréennes parce qu'elles veulent leurs proportions.

    4
    fermetagueule
    Dimanche 2 Octobre 2011 à 12:55

    tu m'as l'air d'un beau trou du cul. Si les japonais n'aimaient pas les coréens, pourquoi justement la culture coréenne cartonne au Japon en ce moment ?

    Encore un blogueur et ses commentateurs qui prétendent avoir 3000 amis japonais, vivre la bas et tout connaitre du Japon (voir se substituer à eux en faisant des analyses toutes plus simplistes les unes que les autres).

    mais je n'en attendais pas moins d'un blog figurant dans la communauté jpop-trash-like. ça se sentait à votre adresse très bien choisie - je viens pour la première fois juste par curiosité pour récenser une adresse de plus dans mon catalogue de j-psychopates auto-flagellateurs. un phénomène curieux développé dans la communauté web française. Je repasserai plus, on sait à quoi on à affaire en 2s2.

    juste pour vous dire que moi vous ne me dupez pas. et que vous ne dupez personne puisque votre audience ne touche absolument pas la masse des fans de jpop. haa le petit blogueur d'opinion qui pense avoir une influence, moi je trouve ça attendrissant, heureusement qu'internet a été là pour créer ce phénomène.

    Pas la peine de répondre je ne lirais pas la réponse.

    5
    blabla2
    Dimanche 2 Octobre 2011 à 14:34

    C'est assez tragique mais il est vrai qu'il n'y a aucune cohérence dans les discographies de groupes coréens. Du coup c'est vrai qu'on a du mal à ne pas se sentir comme de simple porte-monnaie. J'ai plus l'impression que c'est de la prostitution musicale qu'autre chose. Le parfait exemple c'est bien "secret", ce groupe... C'est juste une blague ! J'aime bien cette chanson mais quand on regarde un peu derrière, c'est juste creux. Cette musique, n'importe qui aurait pu la chanter. Je trouve que les groupes n'ont pas d'identité (car non, mettre un gros dans un groupe, ce n'est pas avoir une identité, désolé ! Mettre un garçon manqué, cf "fx", c'est presque pareil). Je regrette vraiment ce côté commercial dans la musique coréenne, on sent que les producteurs mettent le paquet, mais non, ça prend pas, c'est trop... "fast-food auditif". 

    6
    MiniMoni
    Dimanche 2 Octobre 2011 à 14:42

    "Au Japon, il y a aussi le problème des complexes physiques. Dans le miroir, ils se voient comme des occidentaux, mais la réalité est bien différente."
    => C'est marrant, quand on voit comment s'habillent et se comportent certaines étudiantes en Japonais, on se rend compte que ça marche aussi dans l'autre sens.


    7
    Vrtl-mdcrc
    Dimanche 2 Octobre 2011 à 16:38
    "Il va sans dire que les jeunes hommes japonais ont eu une montée d'hormones et sont prêts à mettre la main au porte monnaie." Meme pas en plus...! La plupart des fans de ces groupes kpop féminins,au japon, c'est des meufs.
    8
    Lundi 3 Octobre 2011 à 19:05

    ' La plupart des fans de ces groupes kpop féminins,au japon, c'est des meufs.'

    Ca d'ailleurs, il va falloir qu'on m'explique. Si certains japonais sont prêts à acheter 48 versions différents d'un single d'AKB48, pourquoi pas de la KK-Poop? 

    Après tu me diras, ce sont bien des japonaises qui lisent des mangas d'homosexuels donc bon...

    Meganekun, tient son sujet de mémoire de maîtrise.

    9
    Zhang Profil de Zhang
    Mardi 4 Octobre 2011 à 04:42

    Effectivement, on voit une majorité de filles aux concerts  des groupes K-pop. Cela tient déjà au type de musique. GoGo Summer de Kara, ce n'est pas ce qu'on fait de plus viril. Peut-être qu'ils achètent le cd mais que leur priorité n'est pas d'être présents aux concert... Si les filles sont très présentes, c'est qu'elles veulent ressembler à leurs stars longilignes.

    Une grosse différence avec les groupes Kpop et le concept AKB, c'est la proximité avec le public. Les Coréens, ils ne sont pas toujours là. Les AKB et leurs shuffle-units sont omniprésents dans plusieurs régions et enchaînent les apparitions où leurs fans viennent leur serrer la main et échanger deux trois mots... (Après, ils ne se lavent plus les mains pendant des jours) Ce sont des idoles accessibles, et leur côté femme enfant plaît plus à l'homo otaku nipponicus.

    Sinon, petit fait statistique : Quand un homme japonais n'est pas marié à une Japonaise, sa partenaire est généralement une Coréenne. L'inverse n'est pas vrai.

    Curieux, non ?

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :