• Au début des années 2000, un groupe va reprendre le concept des Yokohama Gimbae, à savoir l'esprit badboys des bôsôzoku. C'est Kishidan. Musicalement, c'est autre chose. S'il revendique un héritage rock, il jongle avec les genres musicaux et impose un style décalé et beaucoup moins sérieux que ce qu'on pourrait attendre d'un groupe de rock.

    Kishidan : Momokuro Moemoe Rock'n'roll

    Le groupe suivant ne fait que du rockabilly.

    2003. The Mac Show : Big Mama Hey Hey

    2011. Kiyama Shôten : Okinawa Rock'n Roll  - délire okinawaien ?

    et on finit avec une belle bouse...

    2013. LIFriends : Aishite tomaranai Rock'n Roll

    Pour ceux qui s'intéressent à la vraie scène rockabilly, loin des charts Oricon, il faut voir du côté de The Mac Show, présenté plus haut ainsi que THE TEARDROPS et HILLBILLY BOPS.


    votre commentaire
  • Au début des années 80, la scène idol-pop explose. La synthpop est partout.

     

    C'est pourtant à ce moment que débarquent les Yokohama Gimbae, vitrine musicale des voyous à 2 roues (bôsôzoku). Inspirés par le groupe Carol, ils revendiquent clairement leur héritage rockabilly.

    1980. Yokohama Ginbae : Yokosuka Baby.

    Ce groupe va définitivement lier le style rock et l'esprit bôsôzoku.

    La même année, un autre style musical américain des années 50 va faire son retour au Japon. C'est le Doo wop. On s'éloigne un peu du rock pour se tourner vers des musiques noires, mais le son est tout aussi "oldies" :

    1980. The Chanels : Runaway

    Certes, on sort du registre du rockabilly, mais le succès est tel, qu'il explique partiellement le nouveau boom du son des 50's pendant les années 80.

    Peut-on faire un son plus rétro en 1980 ?

    1981. Yokohama Gimbae : Tsuppari High School Rock'n Roll

    1981. GREASE : Burikko Rock'n Roll

    1981. The Chanels : Hurricane

    Un ancien de Carol produit un nouveau groupe avec comme lead vocal, Takahashi Jôji : The TROUBLE.

    1982. The TROUBLE : Hey, Mister Ricken Backer !

     

    Autre groupe qui a grandi en fredonnant les airs de Carol : Hound dog !

    1982. Hound Dog : Uwakina Ballet Cat

    Tout le monde veut s'y mettre, même ceux qui n'y connaissent rien...

    1982.  Arajin : kanzenmuketsu rock'n'roller (Attention, grosse bouse de variété)

    En 1984 apparait un nouveau groupe : The Checkers.  Comme Hound Dog, ils ont grandi en écoutant Carol. Cette fois-ci, ils vont offrir au public un produit pop en y intégrant des éléments de la musique des années 50.  Ce sera le groupe le plus vendu des années 80.

    caractéristique du groupe : du saxo partout et des costumes à carreaux (d'où le nom de "checkers")

    1984. The Checkers : Namidano request

    1984. the Checkers : Juliani heartbreak

    Le concept cartonne jusqu'en 90...


    votre commentaire
  • A la fin des années 50, le rock'n'roll fait son chemin au Japon. Avec le succès des titres d'Elvis Presley et de Bill Halley, de nombreux copy-bands vont essaimer sur l'archipel. Les "Western Carnivals" vont changer radicalement les attentes des jeunes. Ils veulent maintenant des bêtes de scènes, qui font de la guitare et font hurler les foules, au grand dam du gouvernement.

    Les Japonais vont appeler "lock ounde lol" toutes ces musiques américaines de sauvageons, mais c'est le rockabilly qui va dominer.

    Sur cette période, les Japonais retiennent 3 noms d'idoles :

    - Mickey Curtis

    - Yamashita Keijirô

    - Hirao Masaaki. (ce dernier arrivera à sortir du rockabilly pour avoir une carrière énormissime de compositeur et de producteur. Aujourd'hui, il se consacre surtout à son école de chant. En France, on connait ses airs sans pouvoir mettre un nom dessus. Il a entre autres composé les génériques d'Albator, et son "flower of carnage" a été immortalisé par le film Kill Bill)

    Je ne vais pas vous présenter les titres de cette époque, vous les connaissez déjà. Ce sont des versions japonaises de titres rock'n'roll mondialement connus.

    Ce boom du rockabilly se voit, comme en Europe et ailleurs, détrôné par le phénomène Beatles puis enterré à la fin des années 60 par la vague Folk.

    2 groupes vont permettre un retour de ce genre dans les années 70 :

    Carol et the Cools.

    De Carol, il ne reste pas grand chose car après seulement 3 ans d'activité, le groupe fut dissout, pour laisser la place à la carrière solo du leader vocal, Yazawa Eiikichi, alias "The Boss", devenu le plus grand crooner du Japon. Pourtant, en seulement 3 ans, le groupe a tellement marqué l'histoire du rock japonais, que la plupart des groupes de rock se réclament de son héritage.

    1972 - Carol : Louisiana

    1973. Carol : Funky Monkey Baby. (Oui, le titre a certainement inspiré le groupe de rap miteux du même nom)

    The Cools a moins marqué, mais de la même façon,  son succès a permis de propulser la carrière de son leader vocal : Tachi Hiroshi.

    1975. The COOLS : Murasakino Highway

    Carol va inspirer d'autres groupes et permettre le succès du groupe suivant :

    1975. Downtown Boogie woogie band : Smokin' boogie (repris par Yokohama Gimbae)

    Avec ce titre, on est plus dans la niche d'un style désuet. Ce sont pas moins de 500 000 disques vendus.

      Son leader, Uzaki Ryûdo va devenir par la suite un compositeur à succès. Tout le monde au Japon connaît son "Sayonarano mukôgawa" interprété par Yamaguchi Momoe.

    1975. Downtown Boogie Woogie Band : Kakkoman boogie

    1976.  The COOLS : Amai bôryoku.

    Ensuite arrive la vague disco, qui éloigne à nouveau le grand public du rockabilly...


    votre commentaire